top of page

Tests en ligne non supervisés

Les tests en ligne non supervisés utilisés dans le cadre d’un processus de recrutement apportent un avantage compétitif aux entreprises.


Cette méthode d’évaluation :

est plus rapide 

coûte moins cher 

permet de gérer une plus grande quantité de candidats 

peut être facilement incluse dans le processus de sélection.


La vraie question n’est pourtant pas de savoir si l’utilisation de tests en ligne non supervisés est avantageuse pour les entreprises, mais plutôt de savoir comment gérer les enjeux de cette pratique.Plusieurs chercheurs ont tenté de paver la voie à un consensus sur le recours aux tests en ligne sans supervision (UIT).


Comment doit-on les utiliser, et quels sont les risques et enjeux qui y sont associés ? Les recherches présentées ci-dessous se sont penchées sur les effets de cette pratique dans un contexte où l’enjeu est important, comme en situation de recrutement. Filip Lievens et Eugene Burke, 2011


Au terme d’une étude menée par ces chercheurs, l’analyse des scores a démontré que les tests non supervisés présentaient des résultats plus faibles en moyenne (pour des groupes homogènes) que ceux aux tests supervisés. Pour la plupart des catégories de candidats évalués en groupe, les résultats aux examens surveillés étaient en effet plus élevés que ceux aux examens non surveillés. Sur le plan individuel, le nombre de candidats marqués par des scores aberrants variait de 0,3 à 2,2 %. Cette conclusion corrobore des résultats obtenus antérieurement par Nye et al. en 2008. Arthur et al., 2009


Les résultats de la recherche de Arthur et al. en 2009 permettent de conclure que, lorsqu’on utilise des tests en ligne en contexte de sélection et de recrutement, les résultats ne diffèrent pas, que ces tests soient supervisés ou non. Ils démontrent également que l’utilisation d’un speed test (test d’habiletés cognitives minuté par le serveur) peut être une solution de remplacement lorsque le test d’habiletés cognitives ne peut pas être supervisé. Pour ce qui est des tests de personnalité, il n’y a pas d’impact lorsque le test n’est pas surveillé. Arthur et al., 2010


La recherche de 2010 menée par Arthur et al. a conclu que, dans un contexte où l’enjeu est grand, les différences de résultats entre les tests supervisés et non supervisés sont attribuables au facteur de test et re-test, et non au fait que le test est surveillé ou non. La recherche a été faite avec des tests d’habiletés cognitives dits speed tests. Burke, 2008