top of page

Intelligences fluide et cristallisée : bien comprendre ce qui les distingue


L’intelligence peut être définie comme la faculté d’agir en fonction des circonstances et d’une manière qui permet à l’individu d’élucider les énigmes ou de résoudre les problèmes du quotidien.

 

Selon le réputé psychologue Raymond Cattell, l’intelligence générale d’une personne se met à l’œuvre lorsque celle-ci s’attaque à des problèmes généraux qui ne sont pas liés à des compétences ou à des savoirs précis.

 

Les deux catégories principales de l’intelligence générale sont l’intelligence fluide et l’intelligence cristallisée.

 

L’intelligence fluide se manifeste par la capacité à penser de manière abstraite et à résoudre des problèmes simples ou complexes, tandis que l’intelligence cristallisée représente l’accumulation de connaissances et de compétences au fil du temps.

 

L’intelligence fluide entretient une relation plus étroite avec la vélocité du traitement de l’information et la mémoire de travail, alors que l’intelligence cristallisée est davantage liée à la mémoire à long terme. L’intelligence cristallisée et la mémoire à long terme s’entrelacent en effet profondément, l’impact des expériences antérieures contribuant à édifier le socle de l’intelligence cristallisée.

 

Avec le passage du temps, l’intelligence fluide a tendance à décliner, contrairement à l’intelligence cristallisée, qui a tendance à s’accroître.

                                                                                      

Une des différences entre l’intelligence fluide et l’intelligence cristallisée réside ainsi dans le fait que l’intelligence fluide maintient sa constance tout au long de la vie, pendant que l’intelligence cristallisée continue d’évoluer au fil du temps.

 

On observe en effet que l’intelligence cristallisée est soumise à l’influence de l’âge. Inversement, l’intelligence fluide subit peu de changements avec le passage des années.

 

Portrait de l’intelligence fluide

 

L’intelligence fluide, également désignée sous l’appellation « Gf » (général de fluidité), est conceptualisée par Cattell comme « la capacité innée de traiter des situations indépendamment de la manière dont une situation similaire a été abordée par le passé ».

 

Ce type d’intelligence est principalement sollicité dans l’élaboration de stratégies de planification, la résolution de problèmes de raisonnement tels que des défis logiques ou des jeux-questionnaires, et l’accomplissement d’activités imprévues exigeant l’application de compétences ou d’aptitudes mentales.

 

L’établissement de connexions et l’analyse de questions scientifiques se révèlent ardus sans le recours à cette forme d’intelligence, puisque le raisonnement inductif ou déductif doit être déployé dans ce contexte.

 

L’utilisation de schémas de pensée est toutefois possible, car cette intelligence permet le transfert harmonieux de la logique mentale à la résolution de problèmes simples au fil du temps.

 

Étymologiquement, le terme fluide évoque un flux continu. On pourrait donc concevoir l’intelligence fluide comme un cours d’eau traversant la vie, accumulant tout sur son passage.

 

Son déclin avec l’âge trouve son origine dans l’atténuation de la performance des cellules cérébrales. Au fil des années, cette forme d’intelligence diminue, car l’usage du raisonnement logique n’est pas constant chez l’ensemble des individus.

 

Portrait de l’intelligence cristallisée

 

L’intelligence cristallisée, également désignée par l’appellation « Gc » (intelligence générale cristallisée), mobilise les connaissances acquises antérieurement pour naviguer à travers les situations de la vie.

 

L’éducation formelle et les principes moraux inculqués dès l’enfance contribuent donc au développement de l’intelligence cristallisée.

 

Les connaissances préalables, enracinées dans le socle de l’apprentissage, sont pertinentes lorsque des problèmes similaires se sont déjà présentés. Le souvenir d’expériences antérieures aide en retour un individu à maintenir son niveau de connaissances.

 

Ainsi, une personne ayant développé des compétences en compréhension lors de son apprentissage de la lecture (une expérience faite durant l’enfance) exploitera plus tard ces « connaissances préalables » dans le traitement de questions de compréhension posées lors de concours ou d’activités d’apprentissage. Le recours, dans un autre contexte, à des informations mémorisées contribue, lui, à réactiver ces connaissances.

 

La croissance de l’intelligence cristallisée avec l’âge peut d’ailleurs être attribuée à une augmentation de la capacité mentale à mémoriser davantage de données et à assimiler plus profondément l’apprentissage basé sur l’expérience.

 

Divers tests peuvent être menés pour examiner l’effet du vieillissement sur cette capacité. Les conclusions rattachées au vieillissement peuvent cependant différer selon les individus et être remises en question en cas de maladies telles que l’Alzheimer.

 

Une chose est sûre : l’intelligence cristallisée est indissociable de l’intelligence fluide, les deux s’entrelaçant de manière complémentaire.

 

Résumé des principales différences entre l’intelligence fluide et l’intelligence cristallisée

 

1. Fondement :

   - L’intelligence fluide repose sur les compétences personnelles et la capacité de réflexion.

   - L’intelligence cristallisée est basée sur les connaissances passées qui peuvent être appliquées pour faire face à des situations présentes.

 

2. Impact de l’âge :

   - L’intelligence fluide diminue avec l’âge.

   - L’intelligence cristallisée continue d’augmenter avec l’âge et l’accumulation d’expériences.

 

3. Approche de la résolution de problèmes :

   - L’intelligence fluide nécessite l’application de la logique dans la résolution de problèmes.

   - L’intelligence cristallisée se fonde uniquement sur les connaissances existantes, sans nécessiter une capacité mentale précise.

 

4. Influence des expériences passées :

   - L’intelligence fluide n’est pas motivée par les expériences passées.

   - Les expériences de vie sont essentielles pour l’intelligence cr



5. Exemples concrets d’utilisation :

   - Exemples de situations dans lesquelles l’intelligence fluide est sollicitée : résolution de tests de raisonnement logique, résolution d’énigmes.

   - Exemples de situations dans lesquelles l’intelligence cristallisée est sollicitée : mémorisation de faits historiques, rappel de documents mémorisés lors d’un examen, etc.

 

 

332 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page