Conflit et compromis

Mis à jour : 22 sept. 2019



Le compromis est une solution courante pour résoudre les désaccords dans les processus de négociation et de médiation.


Bien qu'il puisse aboutir à un accord, le compromis ne résout pas toujours les problèmes qui relèvent de conflits interpersonnels ou organisationnels. En effet, il est souvent une solution médiane à un problème, et non la solution optimale typiquement recherchée par l'une ou l'autre des parties.

Le compromis est la résultante d’une négociation. Dans la Grille managériale de Mouton-Blake, il est décrit comme étant un accord gagnant/perdant dans lequel les deux parties obtiennent une partie de ce qu'elles veulent, mais pas tout ce qu'elles veulent.

La recherche d’un compromis peut générer une solution fonctionnelle ou matérielle, mais ne pas résoudre les problèmes émotionnels ou comportementaux associés au désaccord. Par conséquent, l'une des parties ou les deux parties impliquées dans le différend peuvent continuer d'éprouver des sentiments négatifs ou d'autres mécontentements qui referont surface si les parties continuent d'avoir des contacts les unes avec les autres.

Ce processus est généralement associé à l'achat d'une voiture ou à la vente d'une maison, au règlement d'un divorce ou à la résolution d’un conflit de travail. Lorsqu'un accord est conclu et que les parties se séparent, le compromis peut aider les deux parties à se sentir satisfaites d'avoir trouvé une solution acceptable.

Cependant, dans des litiges tels qu'un divorce ou un contrat de travail, puisque les parties reprennent généralement une relation fonctionnelle après la négociation, le compromis peut ne pas offrir une solution véritablement satisfaisante aux problèmes. En conséquence, la colère persistante, le ressentiment ou l'insatisfaction peuvent déclencher des conflits ultérieurs.