top of page

Peut-on accroître ses capacités cognitives ou son intelligence ?



Une étude publiée en 2008 par Suzanne Jaeegi s’intéresse à ce sujet dont plusieurs aspects méritent réflexion.


Entendons-nous d’abord sur ce que signifie « accroître ses capacités cognitives ». Cela ne se limite pas à augmenter le volume de connaissances que vous pouvez accumuler – ce que l’on appelle l’intelligence cristallisée –, puisqu’il ne s’agit pas seulement de s’entraîner à la mémorisation. Cela consiste aussi à augmenter votre intelligence fluide, ou votre capacité à apprendre de nouvelles informations, à les retenir, puis à utiliser ces nouvelles connaissances pour résoudre un nouveau problème ou apprendre une nouvelle compétence.


En effet, si la mémoire à long terme n’est pas synonyme d’intelligence, la mémoire de travail, elle, est en grande partie corrélée avec celle-ci. Afin d’accroître votre intelligence, posséder une bonne mémoire de travail est donc important. L’amélioration de cette dernière vous aidera considérablement à tirer le meilleur parti de vos capacités cognitives, et le développement de stratégies parallèles, à maximiser votre potentiel cérébral.


Les points à retenir de l’étude de Jaeegi :


1. L’intelligence fluide peut être entraînée.


2. Les gains ultérieurs dépendent de la dose d’entraînement, ce qui signifie que plus vous vous entraînez, plus vous gagnez.