top of page

Météo et humeur


Le printemps s’installe enfin, et l’été sera bientôt à nos portes. Cela nous rappelle que la météo joue un rôle essentiel dans notre vie quotidienne et pourrait avoir un effet profond sur notre humeur.


Mais est-ce vraiment le cas?

 

Nous avons fait une revue de quelques articles scientifiques publiés au fil des ans afin de confirmer ou d’infirmer cette hypothèse. La croyance largement répandue selon laquelle le temps influe sur l’humeur est-elle fondée?

 

Voici les résultats de quelques études qui ont examiné le lien entre le temps qu’il fait et les différences individuelles dans les réactions des gens à la météo.

 

***

 

Dans une étude de Klimstra et al. datant de 2011, les chercheurs ont tenté d’identifier les types de réactivité aux conditions météorologiques en associant l’humeur quotidienne autodéclarée sur 30 jours à des données météorologiques objectives.

 

Quatre types distincts ont été identifiés chez 497 adolescents et retrouvés également chez leurs mères. Ces types ont été étiquetés comme suit :

 

·      Summer Lovers (meilleure humeur par temps chaud et ensoleillé)

·      Summer Haters (pire humeur par temps chaud et ensoleillé)

·      Rain Haters (particulièrement mauvaise humeur les jours de pluie)

·      Unaffected (faibles associations entre la météo et l’humeur)

 

En outre, des effets de concordance intergénérationnelle ont été constatés pour deux de ces types, ce qui suggère que la réactivité aux conditions météorologiques pourrait être héréditaire.

 

Dans l’ensemble, les grandes différences individuelles dans la manière dont l’humeur des gens était influencée par le temps qu’il fait ne permettent toutefois pas de confirmer que la météo a un même effet substantiel sur tous.

 

 

Une autre étude (Hsiang et al., 2013) a malgré tout établi un lien entre l’agressivité humaine et la hausse des températures. La chaleur (et les pluies extrêmes) fait ressortir ce qu’il y a de pire chez les gens. Avec la hausse des températures, les chercheurs ont constaté que les conflits intergroupes avaient tendance à augmenter, de 14 % environ (une augmentation significative). Les scientifiques ont également constaté que la violence interpersonnelle augmentait de 4 % (ce qui n’est, à l’inverse, peut-être pas significatif).

 

 

Enfin, une étude publiée antérieurement par Denissen et al. (2008) examine les effets de six paramètres météorologiques (température, puissance du vent, ensoleillement, précipitations, pression atmosphérique et photopériode) sur l’humeur (affect positif, affect négatif et fatigue). Les données ont été recueillies dans le cadre d’une étude de journal en ligne (N = 1 233), reliées aux données des stations météorologiques et analysées au moyen d’une analyse multiniveaux. Les analyses multivariées et univariées ont permis de distinguer les effets uniques et les effets partagés.

 

Les résultats ont révélé que la température, la puissance du vent et la lumière du soleil avaient un effet sur l’affect négatif, mais pas d’incidence sur une humeur positive.

 

De plus, la lumière du soleil avait un effet principalement sur la fatigue et influençait les effets des précipitations et de la pression atmosphérique sur celle-ci.

 

En termes de variance expliquée, cependant, l’effet moyen des conditions météorologiques sur l’humeur n’était que faible, bien qu’une variation aléatoire significative ait été trouvée entre les individus, en particulier en ce qui concerne l’effet de la photopériode.

 

 

Par ailleurs, il ne semble pas y avoir de lien possible entre notre personnalité et la météo : « Les différences individuelles dans la sensibilité aux conditions météorologiques n’ont pas pu être expliquées par les traits de personnalité du modèle à cinq facteurs, le sexe ou l’âge. » (Denissen et al., 2008)

 

***

 

Ces résultats confirment ce que nous sommes nombreux à constater en dépit de différences individuelles : notre humeur quotidienne et notre niveau d’énergie peuvent être influencés par les conditions météorologiques, sans que cela soit toujours vrai. Si certaines de ces constatations contribuent à renforcer des croyances répandues, d’autres s’expliquent scientifiquement.  

 

Soleil et bonheur

 

Le soleil est souvent associé au bonheur, à l’action et aux pensées positives. Lorsque le soleil brille, nous avons tendance à nous sentir plus énergiques et optimistes. La lumière du soleil déclenche en effet la libération de sérotonine dans notre cerveau, un neurotransmetteur associé aux sentiments de bonheur et de bien-être. C’est pourquoi les gens se sentent souvent plus heureux en été lorsque le soleil est au rendez-vous.

 

 

Pluie et tristesse

 

En revanche, la pluie est souvent associée à la tristesse et à la dépression. Le manque de lumière par temps nuageux et pluvieux peut entraîner une diminution de la production de sérotonine par l’organisme, ce qui provoque un sentiment de léthargie et de tristesse. Le bruit de la pluie peut également avoir un effet calmant, ce qui est certes positif, mais une pluie prolongée peut susciter un sentiment de tristesse.

 

Trouble affectif saisonnier (TAS)

 

Certaines personnes souffrent d’une forme plus grave de changement d’humeur dû au climat, connue sous le nom de trouble affectif saisonnier (TAS). La dépression saisonnière est un type de dépression qui survient généralement en automne et en hiver, lorsque la lumière du soleil est moins intense.

 

Énergie

En règle générale, le froid donne à l’organisme le signal de se calmer et d’hiberner, ce qui se traduit par une baisse d’énergie pendant les mois d’hiver. Les températures plus chaudes peuvent stimuler votre énergie et votre humeur, mais seulement jusqu’au seuil de 21 °C (70 °F). Passé ce seuil, vous risquez d’éprouver de la fatigue et d’avoir envie de fuir la chaleur.

 

 

Bibliographie

 

Denissen, J. J. A., Butalid, L., Penke, L., & van Aken, M. A. G. (2008). The effects of weather on daily mood: A multilevel approach. Emotion, 8(5), 662-667.

 

Howarth, E., & Hoffman, M. S. (1984). A multidimensional approach to the relationship between mood and weather. British journal of psychology, 75(1), 15-23.

 

Klimstra, T. A., Frijns, T., Keijsers, L., Denissen, J. J. A., Raaijmakers, Q. A. W., van Aken, M. A. G., Koot, H. M., van Lier, P. A. C., & Meeus, W. H. J. (2011). Come rain or come shine: Individual differences in how weather affects mood. Emotion, 11(6), 1495-1499.

282 vues0 commentaire

Comments


bottom of page