top of page

LE COÛT RÉEL DE LA ROTATION DU PERSONNEL

Dans le contexte actuel de rareté de la main-d’œuvre, il apparaît pertinent de rappeler le coût encore plus élevé de la rotation du personnel. Car, si trouver des employés est difficile, cela devient un véritable casse-tête quand on ajoute à cela la problématique du roulement de personnel et qu’on en considère les coûts, directs et indirects.


Les coûts directs


Les coûts directs du remplacement d’un employé peuvent aller des coûts de séparation (associés aux entretiens et aux indemnités de départ) aux coûts de remplacement (par exemple, la publicité requise pour dénicher un nouvel employé, et les entretiens et tests d’embauche) en passant par les coûts de formation (qui peuvent inclure le coaching, les certifications ou la formation en cours d’emploi).


Les statistiques indiquent que le coût direct du remplacement d’un employé dépend du niveau de complexité rattaché au poste. Par exemple, le remplacement d’un employé de niveau intermédiaire peut coûter 20 % de son salaire annuel, ce qui signifie que le remplacement d’un directeur gagnant 90 000 $ par an peut coûter environ 18 000 $. Quant au remplacement d’un employé de haut niveau, qui bénéficie d’une formation spécialisée, il peut coûter jusqu’à 200 % de son salaire. Ainsi, le coût direct du remplacement d’un cadre de direction gagnant 125 000 $ par an peut atteindre 250 000 $.




Les coûts indirects


Bien que les coûts indirects d’une rotation élevée du personnel soient plus difficiles à mesurer que les coûts directs, ils sont bien réels et peuvent être considérables s’ils sont négligés.