top of page

Une mesure de l’intelligence sans biais culturel ?


Les tests d’intelligence non verbale sont conçus pour mesurer les capacités intellectuelles d’un individu sans faire appel à des connaissances propres à une culture. Dans cet article, nous allons examiner en détail pourquoi ces tests sont considérés comme non biaisés culturellement et comment ils peuvent ajouter de la validité aux tests de QI..


Tout d’abord, il est important de comprendre que les tests de QI traditionnels, tels que le WISC ou le WAIS, ont souvent été critiqués pour leur manque de validité culturelle. Ils reposent en effet souvent sur des questions qui mesurent les connaissances relatives à une culture donnée, telles que les expressions idiomatiques, les proverbes ou les références culturelles. Les personnes qui n’ont pas été exposées à un tel environnement culturel, en raison de leurs origines, peuvent obtenir des résultats inférieurs à ceux des personnes qui y ont été exposées, même si toutes ont des capacités intellectuelles similaires. Cette disparité risque de produire des résultats biaisés qui ne reflètent pas la véritable intelligence de chaque individu.


Les tests d’intelligence non verbale, en revanche, sont conçus pour mesurer les capacités intellectuelles à travers des tâches qui ne nécessitent pas de connaissances culturelles précises. Les tâches non verbales peuvent inclure des énigmes visuelles, des puzzles, des séquences d’images ou des modèles de construction. Elles sont souvent basées sur des compétences de raisonnement spatial, perceptuel et logique plutôt que sur des connaissances culturelles. Ainsi, les tests d’intelligence non verbale peuvent être considérés comme moins biaisés culturellement, car ils ne sont pas influencés par la langue maternelle, l’éducation ou le bagage culturel de la personne testée.


En outre, les tests d’intelligence non verbale peuvent ajouter de la validité aux tests de QI traditionnels en fournissant des informations supplémentaires sur les capacités intellectuelles d’une personne. Ils peuvent être utilisés pour mesurer des compétences particulières, telles que le raisonnement spatial ou la capacité de résoudre des problèmes complexes, qui ne sont pas mesurées par les tests de QI traditionnels. Ainsi, les tests d’intelligence non verbale sont susceptibles de fournir une image plus complète des capacités intellectuelles d’un individu, en aidant à cerner chez lui certaines forces et faiblesses.


Il est également important de noter que les tests d’intelligence non verbale peuvent être particulièrement utiles pour évaluer des personnes ayant des troubles du langage, tels que la surdité ou l’autisme, ou des troubles d’apprentissage, tels que la dyslexie ou la dyscalculie. Ces troubles peuvent nuire à la capacité qu’a la personne testée de comprendre et d’utiliser la langue, et influer sur les résultats obtenus aux tests de QI traditionnels. Les tests d’intelligence non verbale, en minimisant l’impact que peut avoir un trouble du langage ou un trouble d’apprentissage sur la performance d’un individu, fournissent en cela une mesure plus précise des capacités intellectuelles de celui-ci.


***


Voici, plus en détail, les principales raisons pour lesquelles les tests d’intelligence non verbale (INV) sont considérés comme non biaisés culturellement et peuvent ajouter de la validité aux tests de QI :


Ø Les tests d’INV mesurent des compétences cognitives moins influencées par la langue et la culture.


Les tests de QI traditionnels sont souvent basés sur des compétences linguistiques et verbales, telles que la compréhension de la langue, la lecture, l’écriture et la résolution de problèmes présentant une dimension verbale. Cependant, ces compétences sont fortement influencées par la langue et la culture de la personne testée.


Les tests d’INN, quant à eux, sont basés sur des compétences cognitives qui dépendent moins de la langue et de la culture, telles que la perception visuelle, la mémoire spatiale et la résolution de problèmes.


Ø Les tests d’INV sont moins influencés par les différences linguistiques et culturelles entre les concepteurs des tests et les personnes testées.


Les tests de QI traditionnels peuvent être biaisés par les différences linguistiques et culturelles existant entre les concepteurs des tests et les personnes testées. Par exemple, les personnes dont la langue maternelle n’est pas le français peuvent éprouver des difficultés à comprendre les questions et les instructions des tests de QI.


Les tests d’INN, puisqu’ils ne font appel à aucune connaissance de la langue, sont moins soumis à l’effet de ces différences linguistiques et culturelles, ce qui les rend plus équitables et plus justes pour les personnes de différentes cultures et langues.


Ø Les tests d’INV ajoutent de la validité aux tests de QI.


Les tests d’INV ajoutent de la validité aux tests de QI traditionnels en mesurant des compétences cognitives supplémentaires qui ne sont pas mesurées par les tests de QI traditionnels. En ajoutant des mesures de compétences cognitives non verbales, les tests d’INV fournissent une image plus complète des capacités cognitives d’une personne.


Les tests d’INV peuvent également aider à identifier les personnes qui ont des compétences cognitives élevées, mais qui peinent à montrer leur potentiel dans les tests de QI traditionnels en raison de différences linguistiques et culturelles.


Ø Les tests d’INV peuvent réduire les biais culturels dans les tests de QI.


Les tests de QI traditionnels ont été critiqués pour leur biais culturel, car ils ont été développés principalement en utilisant des échantillons de population occidentale et sont basés sur des compétences linguistiques.


Les tests d’INV peuvent réduire les biais culturels dans les tests de QI en mesurant, en complément de ces derniers, des compétences cognitives non verbales moins influencées par la langue et la culture.


Ø Les tests d’INV facilitent l’évaluation des personnes ayant des troubles liés au langage.


Les tests de QI traditionnels peuvent être difficiles pour les personnes ayant des troubles du langage, puisqu’ils requièrent une maîtrise de la langue qu’elles ne possèdent pas.


Les tests d’INV, en faisant appel à d’autres dimensions de l’intelligence, contournent les difficultés qu’éprouvent les personnes souffrant de surdité, d’autisme ou de dyslexie. Ils leur permettent ainsi d’obtenir des résultats qui reflètent leur véritable niveau d’intelligence.


510 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page