Quelles conséquences a une mauvaise embauche ?


Nous savons tous que l’embauche de nouveaux employés passe par un processus allant de leur recrutement à leur intégration. Nous oublions cependant parfois que ce processus comporte de nombreuses étapes clés. Trouver le candidat idéal s’apparente en effet à chercher une aiguille dans une botte de foin. Or, en contexte de pénurie de main-d’œuvre, il peut être tentant d’accélérer le processus en embauchant un candidat sur-le-champ, sans faire preuve de diligence raisonnable.


Mais que se passe-t-il si ce candidat s’avère différent de ce que vous aviez imaginé pendant l’entretien d’embauche ?


L’ensemble du processus de recrutement et de remplacement du personnel vous aura coûté cher : une mauvaise embauche signifie essentiellement que tous vos efforts ont été gaspillés.


Vous avez passé des mois à rédiger des descriptions de poste, à publier des annonces « Nous recrutons ! » sur de nombreux sites d’emploi, sur les réseaux sociaux et à l’interne, à encourager le personnel actuel à vous recommander des candidats. Vous avez passé au crible d’innombrables CV, évalué les compétences et mené des entretiens téléphoniques, avant d’en inviter quelques-uns sur place pour un face-à-face. Vous avez examiné les antécédents professionnels des candidats, vérifié leurs références et peut-être même parcouru les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter et LinkedIn pour vous assurer que leur comportement était conforme à la culture de l’entreprise et à la proposition de valeur des employés. Vous avez fait une offre, expliqué les avantages et espéré que la réponse répondrait à vos attentes…


Autrement dit, vous avez perdu tout le temps et l’argent consacré à la publication de l’annonce, à l’examen des CV, à la sélection d’une liste restreinte de candidats, aux entretiens avec ceux-ci, et même aux programmes d’initiation et de formation qu’ils ont dû suivre lorsqu’ils ont commencé à travailler.


Êtes-vous le seul responsable de ce gâchis ?


De nombreuses études ont montré que tout le monde ne dit pas la vérité sur son CV ou sa demande d’emploi. Selon HR.com, 53 % des demandes d’emploi contiennent des informations inexactes, et 34 % de tous les formulaires de candidature contiennent des mensonges purs et simples sur l’expérience, la formation et la capacité à remplir les fonctions de base du poste. Si vous vous fiez uniquement aux informations que vous donne un candidat parce que vous êtes pressé qu’il entre en fonction, il se peut donc que vous embauchiez la mauvaise personne.


Cependant, vous ne serez pas le seul dans votre situation : plus de 74 % des employeurs reconnaissent avoir fait un mauvais choix de candidat pour un poste !


Et cela a un coût énorme pour les entreprises, en argent (voir notre billet sur les coûts d’une mauvaise embauche) comme en conséquences diverses.


Il existe en effet de nombreux risques associés aux mauvaises décisions d’embauche. Dans la suite de ce texte, nous explorons ces risques et les conséquences qui en découlent.


Perte de productivité


Si vous avez fait une mauvaise embauche et que l’employé ne peut pas faire son travail efficacement ou aussi bien que la personne qu’il remplace, cela représente une perte de temps. Votre organisation peut avoir investi la même quantité de ressources dans ce nouvel employé, mais obtenir un rendement nettement inférieur en retour. Sur une période donnée, cela peut avoir une incidence réelle sur les résultats et la performance globale de l’équipe.


Face à un collègue en difficulté, les autres employés peuvent commencer à assumer d’autres tâches qui ne font normalement pas partie de leur description de poste. Cela a un effet non seulement sur leur propre productivité au travail, mais aussi sur leur capacité à atteindre les objectifs, à maintenir les normes et même à respecter des engagements envers vos clients.


Pertes financières


Les implications financières d’une mauvaise embauche peuvent être infinies. Les coûts s’accumulent depuis le recrutement jusqu’à l’intégration. Si une nouvelle recrue ne fait pas l’affaire, elle devra être remplacée, ce qui représente un autre investissement de temps et d’argent pour recruter, embaucher et former son remplaçant.


Par ailleurs, et de façon plus évidente, certains des comportements et des actions de ces nouveaux employés peuvent avoir des répercussions financières directes sur l’entreprise, notamment le vol et la fraude.


Réduction de la sécurité au travail


La violence dans les lieux de travail canadiens est un problème réel et préoccupant. Statistique Canada a constaté que 17 % des incidents violents autodéclarés, tels que les agressions sexuelles, les vols et les agressions physiques, se sont produits sur le lieu de travail et que 38 % des victimes connaissaient leurs agresseurs. L’augmentation de l’intimidation entre collègues devient également un problème.


Identifier à l’étape de l’embauche les personnes qui ont une personnalité plus susceptible de commettre de tels gestes devient impératif pour les entreprises. Certains traits de la personnalité mesurent le risque de comportements contre-productifs au travail. Voir notre blogue sur le sujet.



Atteinte à la marque et à la réputation


Il est de notoriété publique que le bouche-à-oreille est l’un des moyens les plus efficaces de bâtir la réputation d’une entreprise. Toutefois, il s’agit d’une arme à double tranchant, car la mauvaise expérience d’un client aura l’effet inverse : il nuira à votre réputation en racontant son expérience à ses amis.


Par exemple, un employé qui n’a pas sa place au service à la clientèle et qui par son attitude négative sera associé à votre produit ou service pourra susciter une publicité négative. Une entreprise dont la marque est ternie pourrait avoir plus de mal à attirer et à recruter de nouveaux candidats. Pour les petites entreprises, cela pourrait même être dévastateur au moment de trouver des investisseurs et des partenaires.



Baisse du moral des employés et rotation du personnel


Un employé peu performant produira très probablement une impression négative sur le reste de l’équipe, ce qui affectera le moral du personnel et fera baisser la productivité générale. Les autres employés pourront être contraints de prendre le relais, ce qui peut les amener à être mécontents et à quitter l’entreprise. Vos employés les plus talentueux risquent de partir vers un environnement plus stable si la perturbation se prolonge.


Une mauvaise embauche se répercute sur l’ensemble de l’entreprise, provoquant du stress et du mécontentement chez les bons employés, ce qui peut entraîner de l’insatisfaction et un taux de roulement plus élevé.




142 vues0 commentaire