Peut-on réduire le risque d’accidents du travail?

En utilisant des tests de personnalité lors de l’embauche ?


Une récente étude publiée en mars 2020 par Gao et collab. confirme le lien entre les traits de personnalité et la probabilité qu’un individu ait un accident du travail. De plus, un grand nombre d’études antérieures tracent un lien clair entre le profil de personnalité du travailleur et son risque d’être impliqué dans un accident du travail.


Petit rappel au sujet des études antérieures


Des études suggèrent que la personnalité des individus pourrait influencer leur comportement en matière de sécurité au travail.


Une étude de Toscano et Windau (1993) faisant la synthèse des données sur les accidents survenus aux États-Unis dans le domaine de la construction a révélé qu’un peu plus de la moitié (50 %) des employés représentaient plus de 90 % de tous les accidents de la construction en 1992.


Une autre étude (Sing et collab., 2014) menée avec une cohorte de 125 travailleurs de la construction a démontré que le dossier d’accidents de chaque travailleur n’était jamais exactement le même et que certains travailleurs, avec des profils de personnalité différents, étaient associés à des taux élevés d’accidents.


Sur leur lieu de travail, certains travailleurs présentent en effet une probabilité plus élevée de subir un accident (Beus et collab., 2015). Ces personnes peuvent se comporter de manière imprudente, car elles accordent une faible importance à la sécurité.



Méthodologie de l’étude de Gao et collab. en 2020


Deux cent quatre-vingts travailleurs ont été interrogés pour recueillir des données sur les traits de personnalité et les comportements de sécurité. Un questionnaire sur la personnalité (le Big Five Inventory, John et collab., 1991) a été utilisé, ainsi qu’un questionnaire sur les comportements sécuritaires (The Safety Behaviour Scale). Les données ont été collectées sur une période de 18 mois.



Conclusions pratiques


Les résultats ont indiqué que, dans l’ensemble des traits de personnalité des Big Five, le trait consciencieux présentait la corrélation la plus forte avec le comportement de sécurité des travailleurs, suivi de l’extraversion, de l’agréabilité et de la stabilité émotionnelle.


Ces résultats ont des implications pratiques. Par exemple, certaines tâches, telles que l’utilisation de la machinerie sur un chantier, nécessitent une attention ciblée et des émotions stables, ce qui peut ne pas convenir aux personnes ayant un score élevé de névrosisme.


Cela confirme que les travailleurs ayant des habitudes plus consciencieuses courent un risque plus faible de subir un accident.


L’échelle d’extraversion indique à quel point une personne est extravertie, optimiste, énergique et à la recherche d'excitation.


Cet aspect de la recherche d'excitation lié à l’extraversion peut contribuer aux comportements à risque des gens sur leur lieu de travail, en les amenant à prendre des raccourcis et à ne pas utiliser les équipements de protection individuelle et autres dispositifs de sécurité.


Les gestionnaires devraient prendre en considération les traits de la personnalité d’un individu lors de la sélection du personnel et de l’attribution des tâches.


Voici le tableau des corrélations entre les traits de personnalité et les comportements sécuritaires au travail :


Extraversion -.618**

Agréabilité .529**

Conscience .778**

Névrosisme -.320**



EN BREF


1. Les travailleurs fortement extravertis peuvent être plus susceptibles de s’engager dans des comportements dangereux;

2. Les travailleurs très agréables peuvent être moins susceptibles d’adopter des comportements dangereux;

3. Les travailleurs très consciencieux peuvent être moins susceptibles d’adopter des comportements dangereux;

4. Les travailleurs ayant une faible stabilité émotionnelle peuvent être plus susceptibles de s’engager dans des comportements dangereux.



Visitez notre site Web afin d’en savoir davantage sur les tests de personnalité liés aux comportements sécuritaires au travail.

283 vues0 commentaire